Suite à la réunion publique du 4 septembre 2012 à RADON, Jérôme Larchevèque , Président de la Communauté de Communes de l'Est Alençonnais apporte des précisions aux questions que se posent les habitants.

Pierre Sarriaud, Consultant en Finances Locales n'a pas pu aller jusqu'au bout de son exposé étant donné les réactions vives de certaines personnes.

Photos Ipod 010

La CUA reprendra les compétences des Zones d'Activités et leur voirie, la restauration scolaire, l'éclairage public, les déchets et l'assainissement non collectif, le contingent SDIS ainsi que la participation aux CLSH et crèches...

Les communes retrouveront de la part de la CDC de l'Est Alençonnais, les compétences des vestiaires de football et le centre de loisirs de Radon, la maison de départ de chemins de randonnées à Vingt Hanaps, la voirie communale, les bâtiments scolaires et l'accueil des cantines...

Les compétences communales qui seront transférées à la CUA sont les salles polyvalentes, l'instruction des actes d'urbanisme,les bibliothèques, les ZA communales, l'eau et l'assainissement collectif, l'entretien des terrains de football...

Concernant la fiscalité des ménages, en adhérant à la CUA, les taux d'imposition vont subir une augmentation. En effet les taux actuels de la CDC de l'Est Alençonnais sont moins élevés que ceux de la CUA. Or les taux de fiscalité devant s'appliquer uniformément sur tout le territoire communautaire, il faudra appliquer progressivement (durée de lissage 12 ans maximum) une augmentation pour supprimer l'écart constaté actuellement entre le taux de la CDC et ceux de la CUA. Cela se traduit effectivement par une augmentation des impôts locaux, variable selon les communes et la durée de lissage retenue.

Les communes pourront se permettre de fonctionner grâce a une attribution de compensation qui assurera une neutralité financière.

Les mairies auront la possibilité de revoir leur taux d'imposition à la baisse si les dotations de l'Etat restaient au même niveau qu'aujourd'hui.

En intégrant la CUA au 1er janvier 2013, les communes auront un avantage au point de vue pécunier et un pouvoir décisionnaire plus important en entrant rapidement dans la gouvernance.